Childéric Ier était le roi Mérovingien des Francs Saliens de 457 à sa mort, et le père de Clovis.
Il succède à son père Mérovech comme roi, traditionnellement en 457 ou 458. Avec sa bande de guerre franque, il fut établi avec sa capitale à Tournai, sur des terres qu’il avait reçues en tant que foederatus des Romains, et pendant quelque temps il garda la paix avec ses alliés.
Il meurt en 481 et est enterré à Tournai, laissant un fils Clovis, futur roi des Francs. La tombe de Childéric a été découverte en 1653 (le 27 mai) par un maçon effectuant des réparations dans l’église Saint-Brice de Tournai, une ville de l’actuelle Belgique, où de nombreux objets précieux ont été trouvés, dont une épée richement ornée, un bracelet en forme de torse, des bijoux en or et émail cloisonné avec des grenats, des pièces d’or, une tête de taureau en or et un anneau avec l’inscription CHILDERICI REGIS (« de Childéric le roi »), qui identifiait la tombe. Quelque 300 abeilles dorées ont également été trouvées. L’archiduc Léopold-Guillaume, gouverneur des Pays-Bas méridionaux (aujourd’hui la Belgique), fit publier la trouvaille en latin, et le trésor alla d’abord aux Habsbourg à Vienne, puis en cadeau à Louis XIV, qui n’en fut pas impressionné et les entreposa à la bibliothèque royale, devenue Bibliothèque Nationale de France pendant la Révolution. Napoléon était plus impressionné par les abeilles de Childéric lorsqu’il cherchait un symbole héraldique pour l’emporter sur la fleur de lys de Bourbon. Il s’est installé sur les abeilles de Childéric comme symboles de l’Empire français.
Dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, le trésor de Childéric faisait partie des 80 kilos de trésor volés à la Bibliothèque et fondus pour l’or. Quelques morceaux ont été récupérés là où ils avaient été cachés dans la Seine, dont deux des abeilles. La trace du trésor, cependant, n’existe plus que dans les fines gravures faites au moment de sa découverte, et dans certaines reproductions faites pour les Habsbourg.

Childéric Ier est le roi Mérovingien des Francs Saliens de 457 à sa mort, et le père de Clovis.
Il succède à son père Mérovech comme roi, traditionnellement en 457 ou 458. Avec sa bande de guerre franque, il fut établi avec sa capitale à Tournai, sur des terres qu’il avait reçues en tant que foederatus des Romains, et pendant quelque temps il garda la paix avec ses alliés.
Il meurt en 481 et est enterré à Tournai, laissant un fils Clovis, futur roi des Francs. La tombe de Childéric a été découverte en 1653 (le 27 mai) par un maçon effectuant des réparations dans l’église Saint-Brice de Tournai, une ville de l’actuelle Belgique, où de nombreux objets précieux ont été trouvés, dont une épée richement ornée, un bracelet en forme de torse, des bijoux en or et émail cloisonné avec des grenats, des pièces d’or, une tête de taureau en or et un anneau avec l’inscription CHILDERICI REGIS (« de Childéric le roi »), qui identifiait la tombe. Quelque 300 abeilles dorées ont également été trouvées. L’archiduc Léopold-Guillaume, gouverneur des Pays-Bas méridionaux (aujourd’hui la Belgique), fit publier la trouvaille en latin, et le trésor alla d’abord aux Habsbourg à Vienne, puis en cadeau à Louis XIV, qui n’en fut pas impressionné et les entreposa à la bibliothèque royale, devenue Bibliothèque Nationale de France pendant la Révolution. Napoléon était plus impressionné par les abeilles de Childéric lorsqu’il cherchait un symbole héraldique pour l’emporter sur la fleur de lys de Bourbon. Il s’est installé sur les abeilles de Childéric comme symboles de l’Empire français.
Dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, le trésor de Childéric faisait partie des 80 kilos de trésor volés à la Bibliothèque et fondus pour l’or. Quelques morceaux ont été récupérés là où ils avaient été cachés dans la Seine, dont deux des abeilles. La trace du trésor, cependant, n’existe plus que dans les fines gravures faites au moment de sa découverte, et dans certaines reproductions faites pour les Habsbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.